Rechercher

Au coeur des organes : L'immunité adaptative


Système immunitaire adaptatif » désigne les lymphocytes T, qui contribuent à l'immunité à médiation cellulaire, et les lymphocytes B qui sont responsables de l'immunité à médiation humorale. Ces deux populations cellulaires ont des propriétés et des fonctions distinctes des cellules du système immunitaire inné.

Il existe deux grandes caractéristiques majeures propres à l'immunité adaptative :

  • Les gènes codant les récepteurs antigéniques des lymphocytes font l'objet d'une recombinaison somatique et aléatoire de l'ADN, appelée recombinaison somatique. La nature des récepteurs antigéniques des lymphocytes n'étant pas entièrement prédéterminée génétiquement, l'immunité adaptative est également désignée immunité acquise.

  • L'activation d'un lymphocyte s'accompagne d'une expansion clonale (permettant d'amplifier la réponse immunitaire spécifique à l'antigène), et de la mise en place d'une réponse mémoire, ou anamnestique (sur laquelle repose le principe de la vaccination). C'est en cela que l'on parle d'immunité adaptative.

Le système immunitaire adaptatif permet de construire au cours de la vie une immunité acquise, qui avec le système immunitaire inné constitue le phénotype immunitaire des individus.

Le système immunitaire adaptatif n’existe que chez les vertébrés gnathostomes.

14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout